SE LANCER DANS L’ENTREPRENEURIAT : COMMENT MONTER SON PROJET ?

SE LANCER DANS L’ENTREPRENEURIAT : COMMENT MONTER SON PROJET ?

Comme vous pouvez vous en douter, la création d’une entreprise n’est pas chose aisée. Pour monter un projet de cette envergure, il est important de suivre une méthodologie basée sur une stratégie simple et efficace. Plusieurs étapes marquent la plupart des projets d’entrepreneuriat qui débutent par une validation de l’idée de projet et se terminent par une immatriculation de l’entreprise. Retrouvez tous les détails dans cet article.

Étape 1 : Valider la faisabilité de l’idée de projet

Tout projet de création d’entreprise prend vie par une idée qui après plusieurs modifications peut donner un projet potable. Toutefois, cette idée peut être protégée selon son caractère innovant.

Les différents éléments à examiner

Il faut tenir compte ici de la faisabilité financière du projet. Il s’agit de savoir si les moyens financiers sont suffisants pour la mise en place du projet. Il faudra aussi prendre en compte la faisabilité familiale, car il est important d’obtenir le soutien des proches avant de se lancer tout en pensant.

La faisabilité personnelle est également un détail à ne pas négliger. En effet, vous devez être en mesure de mener le projet à terme par vos connaissances. Dans le domaine commercial, vous devez aussi avoir une clientèle cible qui doit être intéressée par vos produits tout en mettant un accent particulier sur le plan technique dont dépend tout le fonctionnement.

Protéger son idée de projet si nécessaire

Si votre idée de création est une première sur le marché, une véritable innovation qui pourrait avoir un impact considérable sur l’évolution de votre secteur d’activité, l’idéal est de le protéger. Cette protection passe par un dépôt de brevet, lequel vous donnera le droit exclusif sur votre création.

Étape 2 : Élaborer le business plan du projet

Un business plan est un document qui présente la démarche à suivre pour structurer et valider un projet de création d’entreprise. Il a un double objectif : il permet non seulement à l’entrepreneur de mieux gérer son projet, mais il sert également d’outil de communication pour les divers échanges.

Que contient un business plan ?

Chaque business plan est différent et son contenu dépend des particularités de chaque projet. Toutefois, on retrouve plusieurs caractéristiques communes et indispensables. Ainsi, la plupart des business plan comportent en général l’executive summary encore appelé « synthèse », une étude économique et une étude financière du projet.

La première partie recense les points essentiels et les chiffres du projet. Elle présente également les données du marché et de la clientèle, le positionnement, l’offre, les besoins, les objectifs, la rentabilité, l’équipe et les avantages concurrentiels.

L’étude économique présente le projet de création dans sa totalité à travers les stratégies marketing et commerciale et l’étude du marché. Quant à l’étude financière du projet, elle présente les finances du projet sur une durée, le plus souvent de trois ans.

La partie économique

Elle comprend l’étude du marché, le business model, la stratégie marketing et commerciale, la présentation de l’équipe et d’autres éléments comme le montage juridique. Notons que cette partie recense le plus d’informations sur le secteur cible à travers sa réglementation, les besoins des clients et des concurrents, sur la clientèle visée et comment la satisfaire, et sur les produits à proposer.

La partie financière

Cette partie doit obligatoirement comporter un bilan, un compte de résultat, un plan de financement et un budget de trésorerie. On peut y ajouter d’autres indicateurs comme le fonds de roulement par exemple. Elle présente dans un premier temps la situation patrimoniale de l’entreprise et détaille la formation du résultat sur la durée des prévisions. Il s’ensuit une présentation des besoins financiers de la société qui se termine par l’élaboration du budget de la trésorerie.

Réussir un business plan : Nos conseils

Pour réussir un business plan, il faut y intégrer que des données pertinentes et justifiées. Étant donné les enjeux importants qu’implique la réalisation d’un business plan, je vous conseille de vous faire assister par un expert du domaine. L’expertise de ce professionnel vous sera très utile.

Pour vous assurer que chaque détail de votre projet est compréhensible, vous pouvez demander à vos proches ou d’autres personnes de votre entourage de relire votre business plan. Aussi, n’hésitez pas à utiliser un outil pour faciliter sa réalisation et éviter les petites erreurs susceptibles de fausser votre étude financière. 

Étape 3 : Monter un plan de financement du projet

Pour monter un bon projet d’entreprise, il est nécessaire d’établir un plan de financement. Il s’agira d’établir un plan de financement initial et un plan de financement sur plusieurs années avec des besoins durables.

Définir les besoins durables

Les besoins durables du plan initial font référence aux besoins nécessaires au démarrage de l’activité. Il s’agit entre autres des frais d’établissement, des investissements de départ (biens corporels) et des besoins en matière de fonds de roulement. Tandis que ceux du plan de financement sur plusieurs années sont liés aux remboursements des fonds empruntés et l’accroissement du BFR.

Les ressources financières nécessaires

Elles représentent les fonds dont l’entreprise doit disposer sur une longue durée. On y retrouve les fonds propres (apports en capital social) et les fonds empruntés (emprunts bancaires et apports en compte courant) dans les différents plans.

Étape 4 : Choisir les options de mises en place de votre activité

Faire un choix en ce qui concerne l’éventail de statuts existants est une des étapes fondamentales de la création d’une entreprise.

Le statut juridique

Pour ce choix, il faut tenir compte de plusieurs compatibilités comme celle avec le régime fiscal, celle avec le statut social approprié, avec les particularités de chaque projet et des perspectives d’avenir. Il faut aussi se baser par exemple sur le coût du projet, sur le fait qu’il y a un patrimoine à protéger, et sur le type d’activité à exercer, car il peut avoir un impact sur le statut.

Le régime fiscal

Que choisir entre l’Impôt sur le Revenu (IR) et l’Impôt sur les Sociétés (IS) ? Ces deux modes d’imposition ont tous pour but d’optimiser la fiscalité de la société. L’IR est une imposition directe des bénéfices au nom de l’entrepreneur tandis que l’IS se fait sur l’entreprise directement.

Il est important de noter que le choix de la fiscalité impacte directement sur le statut juridique. On retrouve par exemple les entreprises individuelles, les EIRL, les EURL sous l’IR et les SAS, les SASU, les SASU sous le joug de l’IS.

Le statut social

L’entrepreneur a le choix de son statut social qui varie selon la forme juridique de sa société. Il peut être un assimilé salarié (les gérants EURL, les présidents de SAS) ou un travailleur non-salarié (TNS) comme les entrepreneurs individuels. Chaque statut présente ces avantages et ces inconvénients qui se basent majoritairement sur l’écart des cotisations.

Étape 5 : Procéder à l’immatriculation de votre entreprise

L’immatriculation au Registre du commerce et des sociétés est une étape cruciale de l’entrepreneuriat, car elle donne droit à l’entreprise d’exercer son activité à travers le numéro d’identification : le siren. Elle peut varier d’une forme d’entreprise à une autre. Ainsi, l’immatriculation d’une EURL est bien différente de celle d’une SARL.

Pour une entreprise individuelle

La création d’une entreprise individuelle ne nécessite pas une procédure complexe. Relativement simple, elle permet à l’entrepreneur de créer lui-même son entreprise en faisant bien sûr le point avec un professionnel. Il faut en premier lieu faire une déclaration d’insaisissabilité de l’entrepreneur individuel pour protéger les biens immobiliers.

Le dossier de ce type d’entreprise doit comporter plusieurs pièces comme le formulaire PO, un justificatif d’occupation des locaux, un chèque pour les formalités de création… et d’autres éléments spécifiques.

Pour une EIRL

En ce qui concerne la création d’une EIRL, il est impérieux de remplir toutes les démarches liées à la création d’une entreprise individuelle. En plus, il faut une déclaration d’affectation de patrimoine en y ajoutant un formulaire P EIRL. Ce dernier dépend de l’activité professionnelle choisie.

Pour une EURL

Il nécessite également le dépôt d’un dossier complet constitué d’un exemplaire des statuts de l’EURL, une copie du titre d’occupation, un imprimé MO… Plusieurs autres pièces interviennent dans ce dossier et sont spécifiques à certaines opérations comme l’achat d’un fonds de commerce par exemple. Vous pouvez ainsi obtenir l’extrait Kbis en déposant soit au greffe ou soit en ligne.

Pour une SASU

Pour une Société par actions Simplifiée Unipersonnelle (SASU), plusieurs démarches sont aussi nécessaires. Elle débute par une rédaction des statuts, passe ensuite par la réalisation des apports en capital, la publication d’un avis de constitution, pour finir par l’envoi du dossier de demande au centre de formalités. Plusieurs pièces sont obligatoires pour la constitution du dossier dont : un exemplaire des statuts de la SASU, une attestation de dépôt des fonds…

Pour une SARL

L’immatriculation d’une Société A Responsabilité Limitée passe par le dépôt d’un dossier complet de création au centre de formalités des entreprises. Le dossier doit comporter entre autres un formulaire MO, un exemplaire des statuts de la SARL, une copie du titre d’occupation, une copie de la demande d’insertion de l’avis de constitutions de la SARL, une attestation de dépôt sur compte bloqué…

Pour une SAS

Dans ce cas précis, le dossier peut être déposé par correspondance, au CFE ou en ligne. Elle nécessite plusieurs pièces comme l’imprimé MO, un exemplaire des statuts de la SAS… Ces pièces peuvent varier en fonction des personnes impliquées (comme le directeur général par exemple) et des cas particuliers. Après avoir constitué le dossier, il est important d’effectuer d’autres démarches comme la déclaration des bénéficiaires effectifs.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *